Cueva del Viento

Histoire

La Cueva del Viento était déjà connue des Guanches, les aborigènes de l’île de Tenerife, il y a 2 000 ans vu que des restes d’enterrements ont été trouvés dans cette cavité. Mais on n’a eu aucune référence sur cette grotte jusqu’en 1776, année au course de laquelle les frères Bethencourt de Castro et Afonso Molina la citèrent dans leur description de la Grotte de San Marcos. L’entrée principale de la cavité se trouve dans le quartier portant son nom, Cueva del Viento, ce qui prouve qu’elle était déjà connue des villageois depuis très longtemps.

L’histoire des dernières découvertes remonte à 1969 grâce à l’exploration approfondie et la publication, en 1970, de la première topographie, d’un peu plus de 6 km, réalisée par le département spéléologique de la Guancha, du Groupe Alpiniste de Tenerife. En 1973, des spéléologues du Shepton Mallet Caving Club découvrirent ce qui fut appelé plus tard en leur honneur le “Pozo de los Ingleses” (le Puits des Anglais), qui dessert le troisième étage et une galerie d’environ 4 kilomètres au niveau le plus bas. Cette découverte importante permit d’élargir considérablement la cavité, le complexe ayant dorénavant 10 km de long.

Quelques années plus tard, le Département de Zoologie de l’Université de la Laguna commença à faire des études biologiques, en découvrant une grande variété de faune cavernicole. En outre, le Groupe de Spéléologie de Tenerife Benisahare, découvrit et réalisa des topographies de nouvelles galeries dans la cavité.

En 1989, ce même groupe connecta la Cueva del Viento et celle du Sobrado à travers des chatières étroites, le complexe ayant dorénavant une longueur totale de 14 kilomètres. Cette découverte donna encore plus d’importance à ce grand complexe volcanique, et l’on envisagea donc le besoin de topographier à nouveau toutes les ramifications.

En 1994 commencèrent des travaux d’aménagement pour rendre le tube volcanique visitable, dont la coordination fut à la charge du Musée des Sciences naturelles, centre intégré dans l’Organisme Autonome de Musées et Centres du Conseil Insulaire de Tenerife. L’une des premières actions fut de désencombrer la bouche où finissait l’une des ramifications. Cette excavation permit de découvrir un gouffre de 17 mètres de profondeur, avec une cascade de lave, desservant un autre étage du tube volcanique, de 2,35 km de long.

Ces découvertes ne donnent que quelques aperçus de la grande importance géologique et patrimoniale de ce grand complexe souterrain, qui montrera de nombreuses surprises à l’avenir.

La spéléologie dans les Iles Canaries est une activité relativement récente qui commença à la fin des années soixante et dans laquelle la Cueva del Viento a écrit des pages mémorables. Les pionniers furent membres du Groupe d’Alpinisme de Tenerife, suivis du Département d’Explorations vulcanospéléologiques de La Guancha.

Ainsi, l’étude de cette cavité fut à l’origine de la vulcanospéléologie canarienne. Les deux années d’exploration et de topographie du tube d’Icod de los Vinos ont servi d’école aux futurs vulcanospéléologues des îles.

Le Groupe de Spéléologie de Tenerife Benisahare naquit en 1978. Il s’agit du premier groupe consacré spécifiquement à la spéléologie aux Canaries qui prend la relève de l’exploration de Cueva del Viento. Ses travaux vulcanospéléologiques sont présentés dans des congrès nationaux et internationaux de spéléologie, en favorisant fortement la connaissance de ce beau sport-science dans l’archipel canarien.

Grâce à cette tâche est née l’Ecole Canarienne de Spéléologie ainsi que de nouveaux groupes et sections de cette spécialité dans le reste de l’archipel.