Cueva del Viento

Le milieu

L’Organisme Autonome des Musées et Centres (OAMC) du Conseil Insulaire de l’Île de Tenerife propose un parcours guidé interprétatif qui montre un tronçon de l’un des plus grands tubes volcaniques du monde, complété grâce à l’explication d’autres phénomènes géologiques et d’aspects ethnographiques intéressants.

Grâce à cette expérience, les visiteurs deviennent des observateurs directs d’un documentaire en direct avec des pièces volcaniques réelles. Le parcours commence dès l’arrivée au Centre des Visiteurs, un local de la Mairie d’Icod de los Vinos, où l’on observe une série de panneaux explicatifs qui servent d’introduction au parcours guidé. Les visiteurs font ensuite un bref trajet dans un véhicule de l’organisation puis arrivent à l’endroit de départ du parcours à pied.

On continue à travers un champ de lave ayant formé le système de tubes volcaniques et montons à travers un ancien chemin royal jusqu’à l’entrée de la grotte. Le retour est fait à travers un autre chemin qui passe à travers une aire et des vestiges d’anciennes constructions agraires, pour apprécier ainsi la richesse ethnographique de la zone et la beauté du paysage.

Pendant le parcours on traverse deux unités géologiques qui expliquent le relief étrange parcouru : un énorme canal de lave visqueuse phonolitique qui descend depuis Pico Viejo (éruption de Roques Blancos) et les laves de la grotte. A la fin du parcours on observe d’autres aspects des laves visqueuses.

Une partie de ce parcours agréable est réalisée sur un chemin royal, anciennes voies de communication entre villages, qui unissaient le nord et le sud de l’île ou qui desservaient des zones peuplées et des zones de montagne. Les chemins royaux (qui sont assez larges pour permettre le passage de deux mulets) furent construits après la conquête en utilisant, dans certains cas, d’anciens chemins des Guanches. Dans ce cas-ci, une partie de l’empierrement est constituée de la coulée de la grotte et les pierres qui y sont placées sont en lave.

A l’époque, le tri était fait dans les aires, comme dans celle trouvée dans la zone suite aux travaux de nettoyage. Les graines étaient triées et jetées, grillées et moulues ensuite pour obtenir le gofio, une farine très importante depuis l’époque des Guanches jusqu’à présent.